Rénovation énergétique, quelles sont les aides possibles en 2018 ?

Les aides à la rénovation énergétique constituent des subventions pour les travaux de rénovation comme l’isolation du logement, le changement du chauffage ou une nouvelle installation énergétique. La rénovation énergétique est un grand pas vers l’amélioration de la situation environnementale et la réalisation d’économie sur les dépenses d’énergie.

Au titre de l’année 2018, de nombreuses aides sont possibles.

A voir aussi : Jardinage en automne, que faut-il planter ?

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique CITE

C’est une aide qui vise à réduire l’impôt sur le revenu dans le cas où une partie de ce revenu a servi au financement de travaux d’amélioration énergique. Ces travaux doivent avoir été effectués par un professionnel Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) dans l’habitation principale du contribuable. Pour bénéficier de l’aide, il faut que les travaux soient réalisés dans un logement, appartement ou maison individuelle achevée depuis 2 ans servant de résidence principale.

A voir aussi : Le papier peint : toujours tendance ou dépassé ?

  • La réduction est de 30 % des travaux de rénovation sur le revenu global.
  • Pour une personne seule, le coût de réduction ne peut excéder 8000 euros.
  • Pour un couple, le coût ne peut excéder 16 000 euros.

L’Eco-prêt à taux zéro

C’est une aide qui permet de faire un prêt sans avance de trésorerie et à zéro intérêt pour faire des travaux de rénovation énergétique n’excédant pas 30 000 euros de votre habitation construite avant le 1er janvier 1990. Les propriétaires occupants, copropriétaires ou locataires et les sociétés civiles qui ne paient pas l’impôt sur les sociétés avec au moins une personne physique comme associé, sont éligibles pour ce prêt disponible jusqu’au 31 décembre 2018.

La prime coup de pouce économie d’énergie

En vigueur depuis le 1er avril 2018 jusqu’en 2020, ce plan d’aide vise à accorder des ressources en fonction de la capacité financière du foyer et des installations d’économie d’énergie dont un émetteur électrique à régulation électronique, un programmateur centralisé pour radiateurs électriques, etc.

La TVA à 5,5 %

Pour les travaux d’amélioration de la qualité énergétique, la TVA est fixée à un taux unique de 5,5 %. Cette condition fiscale particulière est destinée aux propriétaires ou syndicats de propriétaires, locataires ou occupant gratuits et les sociétés civiles immobilières. Les travaux doivent être réalisés dans une construction achevée depuis deux ans.

Le programme Habiter mieux de l’Anah

À l’initiative de l’Agence nationale pour l’habitat, ce programme vise les travaux de rénovation énergétique dans les logements construits depuis au moins 15 ans et n’ayant pas reçu d’aide de l’État durant les 5 dernières années. Le financement peut atteindre 12 000 euros pour les travaux d’isolation et de changement de chaudière.

Le chèque énergie

Pensé pour remplacer les tarifs sociaux d’énergie, le chèque d’énergie est une aide financière pour le paiement des factures d’énergie. Attribué en fonction des ressources du foyer, le chèque énergie est prévu pour les personnes en difficulté avec des ressources limitées. La liste des bénéficiaires est établie par l’administration fiscale. Le revenu fiscal et la composition du ménage sont pris en compte.

L’aide des fournisseurs d’énergie

Les entreprises de fourniture d’énergie octroient des primes, des bonifications de prêts et des diagnostics dans le cadre des certificats d’économie d’énergie pour la réalisation des travaux d’économie d’énergie. Les locataires et propriétaires peuvent en bénéficier pour les travaux dans une habitation principale ou secondaire.

L’exonération de la taxe foncière pour travaux d’économie d’énergie

En dehors du pouvoir central, il y a des collectivités territoriales telles que les communes et départements qui accordent une exonération temporaire de la taxe foncière aux foyers réalisant des travaux d’économies d’énergie. Les propriétaires occupants ou bailleurs peuvent faire la demande de l’exonération totale ou partielle pour des travaux dans des logements achevés depuis le 1er janvier 1989.