Le fonctionnement de l’acide pelargonique

38
Partager :

Substances actives, peu importe de quoi ils sont composés, les désherbants destinés à se débarrasser des mauvaises herbes dans les espaces-verts, peuvent être particulièrement nocifs. De plus, avec l’interdiction d’utiliser du glyphosate (contenant trop de résidus toxiques et de produits chimiques), les jardiniers se lancent dans l’usage de désherbant bio, comme l’acide pelargonique.

Qu’est-ce que l’acide pelargonique ?

Désherber avec des produits contenant de l’acide pelargonique est totalement inoffensif pour la santé humaine ainsi que pour la vie du sol. 

Lire également : Les accessoires indispensables pour un jardinier

Il s’agit d’un acide gras organique d’origine végétale présent dans les géraniums et permettant de lutter contre les herbes indésirables comme : le pissenlit, les orties, les chardons, les algues, les herbes cultivées…

Herbicide de contact, il effectue un désherbage à action foliaire. L’acide pélargonique va pénétrer dans les végétaux nuisibles et détruire les membranes cellulaires pour les dessécher. Très efficace, le résultat est visible dans les 3h après pulvérisation. 

A lire également : Piscine hors-sol, nos recommandations pour faire le bon choix

L’acide pelargonique : Une matière active naturelle pour empêcher la repousse des mauvaises herbes

Il s’agit ici d’utiliser des désherbants de nouvelles générations, ayant une grande efficacité contre les herbes annuelles poussant au printemps, les mousses et les plantes adventices. Vous pouvez l’utiliser, dans un pulvérisateur, aussi bien à proximité de vos plants qu’entre les dalles d’une terrasse ou dans les zones cultivées.  Faites attention aux fleurs, aux légumes et aux plantes aromatiques !

L’usage d’un désherbant à base d’acide pelargonique

Agissant pour l’environnement, car étant non toxique, ce type de désherbant est conditionné dans des flacons gradués, doses à additionner à de l’eau ! 

Veillez à porter des gants en nitrile avant de poursuivre votre mission. Voici quelques recommandations à suivre :

  • Mélangez la solution avant de traiter à des températures sises entre 15 et 25°C ;
  • 22.5ml d’eau suffisent sur 10 m2, soit 4 applications annuelles tout au plus ;
  • 18 ml pour 10m2 pour les mousses visibles. 

Protéger la biodiversité

Même si ce produit est sans risque pour l’homme, il ne doit en aucun cas être utilisé durant les périodes de vol des abeilles ou des autres insectes pollinisateurs. 

Il faut donc traiter la pelouse et les plantes avant que la période de floraison n’arrive. 

Attention, il s’agit d’un produit non sélectif pouvant détruire les jolies plantes vivaces se trouvant sur chemin. Avant d’entamer le traitement, il faut donc bien lire les notices de vos produits herbicides. 

Aussi, veillez à garder le produit hors de portée des enfants et des animaux domestiques.

Ce que dit la loi au sujet des désherbants chimiques

La loi Labbé du 6 février 2014 encadre l’usage de produits phytosanitaires sur le sol français, avec l’appui de celle sur la transition énergétique. L’usage d’herbicides chimiques est interdit dans les espaces publics et les pesticides de synthèse, prohibés pour le jardinage amateur. 

Les produits utilisés dans le cadre de l’agriculture biologique ou les produits de biocontrôle doivent remplacer le désherbage chimique !

Utiliser des produits à base de glysophate est totalement interdit. Il est cancérogène, a une haute toxicité et est nocif pour l’homme, et la biodiversité.

Les autres alternatives naturelles au désherbage chimique

Nul besoin d’utiliser des substances chimiques pour venir à bout des mauvaises herbes sur le gazon. Tout agriculteur et tout jardinier doit tout d’abord privilégier l’usage de désherbant naturel. Il s’agit notamment de :

  • Végétaux couvre-sol ;
  • Semi d’engrais verts ;
  • Paillage. 

Pour les grandes cultures, et surtout, pour un désherbage sans fatigue, il est possible de compter sur un désherbage manuel, un désherbage thermique, l’arrosage à l’eau bouillante ou encore la couverture du sol grâce à des bâches naturelles. 

Il est aussi possible d’utiliser des micro-organismes ou des macro-organismes ainsi que des produits phytopharmaceutiques pour lutter contre les parasites, ou les mauvaises herbes. 

2

Partager :